Pont des soupirs Venise

Week end à Venise et sa lagune – andiamo !

 

En ces jours parisiens presque printaniers (référence aux giboulées !), et en cette fin de Carnaval, nous vous offrons cette petite rétrospective de notre week-end à Venise pendant 3 jours, en septembre dernier.

Le soleil était encore au rendez-vous et nous a permis de gagner quelques jours supplémentaires de bonne mine avant le retour de la grisaille hivernale !

On vous fait découvrir la lagune vénitienne d’îles en îles avec ses magnifiques couleurs de fin d’été.

D’abord il y a l’île principale : Venise centre

Avec la mythique place Saint Marc ! Elle est envahie par la foule (et les pigeons) mais le soir c’est plus calme, les musiciens prennent place et c’est l’endroit parfait pour un spritz (si l’on oublie le prix démentiel – avec supplément s’il y a des musiciens !)

​Sur la place, il faut visiter la Basilique Saint Marc dont le sol est recouvert de mosaïques et qui abrite la Pala d’Oro – retable d’émaux, d’or et d’émeraudes, de saphirs, de rubis et de perles.

Depuis la place Saint Marc vous pouvez grimper en haut du campanile pour une vue à 360° sur la lagune ou en haut de la Tour de l’horloge, animée d’automates toutes les heures piles.

xxxxxxx       

La place est également bordée du Palais des Doges ou Palazzo Ducale qui était le siège du gouvernement vénitien pendant plusieurs siècles mais aussi une prison de laquelle Casanova se serait évadé.

La visite du Palais des Doges permet d’admirer des toiles et fresques de Titien, du Tintoret ou de Véronèse.


C’est aussi l’occasion d’emprunter le fameux Pont des soupirs qui n’a rien de romantique en fait ! Les soupirs font référence à ceux des condamnés qui quittaient leur geôle, traversaient le pont pour se rendre sur le lieu d’exécution publique et s’arrêtaient un instant pour admirer l’azur de la lagune, en soupirant !


Enfin, les colonnes de la place Saint Marc – Saint Théodore et le lion ailé de Saint Marc, symboles protecteurs de la ville de Venise – entre lesquelles passer porterait malheur (rapport aux exécutions qui y prenaient place jadis !)

Le lion ailé est également le symbole de la mostra de Venise (festival de cinéma) avec les lions d’or comme trophée et de la compagnie d’assurance Generali !

Depuis la place Saint Marc, on peut prendre un vaporetto pour remonter le Grand Canal qui est bordé des plus beaux Palais vénitiens (souvent des galeries d’art, dont la collection Guggenheim).

Le Palais Barbarigo alla Maddalena


Le petit Palais Salviati

En haut du Grand Canal, on passe sous le célèbre pont du Rialto. Le marché du Rialto est une halte inévitable pour s’imprégner de l’ambiance italienne – mà che piacere (à dire avec les mains !).

Après une colazione dans le quartier, partez visiter la Scuola Grande di San Rocco qui est une église dédiée à Saint Roch (patron des pestiférés) construite à l’époque où sévissait la peste en Europe, pour prier et y consulter des médecins (les vénitiens ont inventé la « quarantaine » à cette occasion en interdisant aux navires d’amarrer dans la lagune pendant une période d’observation de 40 jours).

La Scuola Grande di San Rocco a entièrement été décorée par le Tintoret et c’est grandiose ! Prenez un miroir dans le fond de la salle à l’étage pour éviter le torticolis en admirant les toiles du plafond !

Juste à côté, la basilique I frari vaut également la visite.

Comme partout, mais peut être encore plus à Venise, il faut se perdre dans les ruelles bordées de canaux pour profiter de la magie des lieux !

San Giorgio Maggiore

Après avoir visité l’Eglise de San Giorgio Maggiore, il faut grimper en haut du Campanile – à mon avis c’est la vue la plus sympa sur Venise !

 

Burano et Torcello – ces îles se méritent (il faut compter 1h de bateau environ pour y arriver) !

Burano est reconnaissable parmi toutes les îles de la lagune par ses maisons colorées et les dentelières qui affichent leur art en bord de fenêtre.

Sur Torcello, vous pourrez admirer la Basilique Santa Maria Assunta ou dormir dans la chambre d’Hemingway à la Locanda Cipriani mais c’est à peu près tout car l’île est charmante mais minuscule.

 

Murano

Les usines de verre proposent des démonstrations payantes ou avec obligation d’achat dans la boutique – si vous voulez vraiment assister au soufflage du verre, tentez la visite organisée par votre hôtel, souvent gratuite et sans obligation d’achat !

La Basilique Santi Maria et Donato abrite les ossements du Dragon (mouais, pas super convaincue hein..!) qui aurait été abattu par San Donato – j’ai surtout admiré les mosaïques sous mes pieds ! #Ihavethisthingwithfloor

xxxxxx     

Venise pratico-pratique

On a dormi au Best Western Premier à Sant’Elena – hôtel assez chic au calme et bien desservi par le vaporetto.

Le matin, le petit déjeuner continental d’hôtel c’est pas notre truc ! Donc on a opté pour des cornetti au chocolat ou à la confiture avec un macchiato, ou un doppio – la colazione à l’italienne – qu’on trouve dans quasiment tous les cafés !

On a déjeuné au Riva Rosa sur l’île de Burano – très bonne linguine alle vongole et le cadre est superbe en bord de canal, même si les touristes ont tendance à regarder dans votre assiette.

On a dîné à la Trattoria Misericordia (qui porte presque bien son nom) – ambiance top près du canal mais plats moyens !

On a mangé des glaces super bonnes à la Gelateria Murano sur l’île de Murano et aussi à la Gelateria Ca d’Oro à Venise.

Mention très spéciale à l’Antica Trattoria Bandierette, notre coup de coeur en terme de miam à Venise – avec un bon fou rire à cause du Fegato alla Venezia (foie de veau) alors que je mange pas de bébés animaux donc imaginez ma tête quand j’ai finalement compris ce que je venais de commander !

Il faut absolument goûter les cicheti (sorte de tapas venitiennes) au comptoir Dai Zemei près du Rialto avec un verre de Chianti ou de Valpolicella : ils sont divins !

On a pris l’apéro sur l’île Giudecca – juste en face de Venise – qui vaut le détour en début de soirée pour profiter des couleurs du coucher de soleil avec un campari !

On vous recommande vivement la visite « itinerari segreti » (en français ou anglais) au palais des Doges où vous découvrirez pendant plus d’1h les lieux secrets du Palais, des sous-sols jusqu’aux combles ! A réserver à l’avance et même assez tôt – 20 €.

Pour se déplacer les vaporetti sont très pratiques – il y en a souvent et jusqu’à tard – vous pouvez acheter un billet à l’unité mais il vaut mieux prendre un ticket pour 24/48/72h selon le nombre de jours sur place.

Un tour en gondole coûte un bras et vous passez dans les dédales de canaux embouteillés d’autres gondoles alors même si ça reste mythique on a passé notre tour !

Ramenez des buranelli pour offrir – biscuits en forme de S ou de O au citron – complètement addictifs !

Si vous restez plusieurs jours et voulez profiter de belles plages, il faut aller sur le lido, s’étendre sur les transats, boire un cocktail et farniente !

Venise pendant le Carnaval doit être encore plus magique avec les rues grouillant de personnes déguisées et masquées. Si vous avez la chance d’y être à la bonne période, il parait que les soirées à la Fenice (opéra) valent vraiment le coût !

Depuis l’aéroport, privilégiez le bus ATVO qui vous dépose sur la Piazzale Roma en 30min environ – et depuis la Piazzale Roma vous pourrez prendre quasiment toutes les lignes de vaporetti.

En Bonus, tout ce qu’on a vu – la prochaine fois ça sera avec le Carnaval j’espère !

Le cliché vénitien par excellence : le tour de gondole au coucher de soleil – digne d’une carte postale !

La Basilique Santa Maria della Salute

Le détail de la crédence depuis le Palais des Doges.

Un parking pour les gondoles.

Une bocca di leone – bouche du lion ou de la vérité – qui permettait aux vénitiens de dénoncer anonymement les délits commis par leurs voisins (charmant !).

Une sculpture sur bois dans la Scuola Grande di San Rocco – parce qu’il n’y a pas que des peintures à admirer !

Encore un lion à Venise dans les jardins où a lieu la biennale de Venise (festival d’Art)

Le campanile de la place Saint Marc ou mon essai de photo d’art

Le pont de le tette – le pont des seins littéralement – en référence aux poitrines des prostituées qui squattaient le pont pour attirer le client !

Le trône où Attila posa son royal fessier.

Une rue sans canal !

Un canal sans rue !

Et de magnifiques couchers de soleil 🙂

Published by

Laissez nous un petit mot