Etape 1 : La Vallée de Viñales

Étape 1 : Viñales ou le pays vert du cigarios !

A l’atterrissage, on a choisi de filer directement tout à l’ouest sans passer par La Havane qu’on s’est réservée pour la fin du séjour.

Quelques passagers choisissent cette option donc si vous optez pour un départ direct à Viñales vous trouverez des compagnons de route pour partager un taxi (coucou Solène et Geoffroy !).

Viñales est un village niché au milieu des mogotes et des champs de tabac : un joyau de verdure ! Toute la vallée est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco et on comprend facilement pourquoi ! Quand vous arrivez en passant par Piñar del Rio, il y a une superbe vue sur toute la vallée, pour un superbe effet « wahou » !

Viñales comme première étape était vraiment une bonne idée, ça permet une arrivée en douceur dans la ferveur cubaine !

Tout autour de Viñales, vous pourrez faire des ballades à pied, à cheval, à VTT et même en quad, dans les champs de tabac, et autres cultures jusqu’aux mogotes et grottes alentours.

Nous, on a opté pour une ballade à cheval en fin de matinée avec un départ près de Villa El Ranchon.

Certes on a croisé des bœufs, mais on est vraiment monté à cheval. Promis ! Et oui, la vallée est humide et les averses sont fréquentes, heureusement, la pluie n’est arrivée qu’en fin de ballade.

Au programme de cette chevauchée, visite d’une ferme de tabac avec petite démo de roulage de cigare, explications très sommaires et dégustation d’un cigare, ballade au milieu des champs de tabac, maniocs, ananas, manguiers…

Sur notre parcours, on a fait une pause dans une ferme où on a eu le droit à de vagues explications sur la torréfaction du café produit dans la Vallée et où on nous a fait goûté le rhum de la région : la Guyavita del pinar, un rhum avec une petite goyave marinée à l’intérieur.

Ensuite, petit arrêt près d’un « punto de vista » sur la vallée où faire de jolies photos avant la dernière étape de la ballade : la visite d’une grotte au cœur d’une mogote sans équipement de sécurité et une simple petite lampe fournie par le « guide » (moyen moyen tout ça !) ; pour être honnête rien d’alarmant ce n’est pas de la spéléologie non plus !

Pour cette randonnée équestre, il faut compter 5 cuc de l’heure, c’est très sympa, on visite beaucoup de chose en 3-4 h de temps et on va très loin dans la vallée ce qui est un vrai plus.

Le lendemain, on a opté pour une petite randonnée à pied cette fois, avec un guide français (réservation auprès de Havana Tour près de la place principale) pendant 3 h avec visite d’une ferme de tabac et des champs aux alentours avant de s’enfoncer gentiment dans la vallée.

Pour le coup, on a été servi en explications, on a appris pleins de petites choses sur la vallée et les produits locaux !

Par exemple, saviez-vous qu’un fermier donne 90% de sa récolte à l’Etat qui manufacture tout ça pour nos roméo y julieta, partagas et cohibas préférés ? Les 10% restant sont pour le fermier et sa famille pour leur consommation et la vente directe à la ferme (vive le communisme hein !) .

Bien sûr, l’Etat vient lui même sélectionner les meilleures feuilles à la ferme après un premier séchage de 48h ce qui permet d’offrir de très bons cigares à l’exportation : les meilleurs au monde ! Et les français sont parmi les premiers importateurs avec les espagnols !

Concernant le processus : les feuilles une fois cueillies sont séchées pour qu’elles dégagent tout leur arôme, puis fermentées (avec de l’eau pour la production étatique mais les fermes ont des recettes familiales secrètes à base de rhum, miel, feuilles de citron…).

Vient enfin le roulage du cigare et à la main ! A l’intérieur on retrouve « la tripa » – pleins de feuilles roulées entre elles qui servent de combustible – qui est roulée avec une autre feuille la « supcapa » qui permet de donner sa forme au cigare. A la fin, le cigare est roulé dans la « capa » qui est une belle feuille à la couleur uniforme, pour un joli rendu !

#Point tabac info service : les feuilles de tabac sont roulées sans la nervure centrale qui concentre toute la nicotine addictive et les cubains sont fiers de dire que le cigare ne rend pas accroc (c’est vrai Doc ?)  !

#Point info tabac bis : les cigares sont plus ou moins forts selon la marque, ça va du Romeo y Julieta pour les plus légers aux Partagas ou Cohiba pour les plus forts, en passant par les Montecristo qui sont médiums. Dans les fermes, il est possible d’acheter des cigares pour 2-3 cuc environ (plus cher, c’est du vol #coucoulestouristes !).

Viñales offre aussi un bel aperçu de la « caliente » cubaine avec des soirées salsa à la Casa de la musica.

On a dormi trois nuits dans la casa de Yuya et Dr Boris. Yuya est adorable, elle fera tout pour vous rendre le séjour à Viñales agréable et vous donnera de très bons conseils. Le petit déjeuner est gargantuesque : crêpes, pain avec beurre et miel, sandwich, œufs, fruits frais et boissons chaudes.

La casa est bien située, proche du centre mais assez isolée pour être au calme (tout au bout de la rue Rafael Trejo).

 

Où admirer un superbe coucher de soleil sur les mogotes ? Direction le Mogote Café (l’évidence !). On a testé quelques uns de leurs cocktails (mention spécial pour la piña colada et le ron collins) et de leurs tapas. Parfait pour un repas léger et il y a souvent des groupes qui viennent jouer de la très bonne musique !

 

Où déguster de bonnes grillades ? Le petit restaurant à l’angle des rues Rafael Trejo et Calle Ceferino Fernandez est génial, service rapide, viande délicieuse et accompagnements classiques de la cuisine cubaine (haricots rouges party !).

Vous avez sûrement entendu parler des fameuses langoustes qu’on déguste partout dans Cuba, évitez d’en commander à Viñales, vous risqueriez d’être déçu : surgelées, trop cuites, archi salées… #caoutchoucindamouth

Où prendre de belles photos de toute la vallée ? Filez sur la terrasse de l’hôtel Los Jazmines (quelques cuc pour le trajet en taxi, bien plus simple qu’à pied !) et vous pourrez même profiter de la piscine (entrée payante).

Envie de plage ? Cayo Jutias est facilement accessible depuis Viñales avec des trajets quotidiens en taxi collectif ou bus et la plage est, parait-il, paradisiaque !

Prochaine étape ? Trinidad !

 

Published by

Laissez nous un petit mot